Grand Débat des Artisans : on vous écoute…

Bernard Stalter, en tant que président du réseau national des chambres de métiers et de l’artisanat, a annoncé à l’occasion des vœux de l’APCMA, qu’il demande que le sujet de l’économie et de l’emploi soit inscrit dans le grand débat national. Il propose d’élargir la consultation sur 5 thèmes centrés autour de l’entreprise, notamment de proximité.

Le mouvement des gilets jaunes, aux conséquences dramatiques pour les artisans, a mis en lumière leurs difficultés. « Alors qu’ils contribuent à la vie et à l’équilibre des territoires, trop d’artisans sont aujourd’hui en dessous des minima du SMIC » souligne Bernard Stalter.

Aussi, « parce que le sujet de l’entreprise, notamment de proximité, de son rôle dans la société n’est pas posé alors qu’il est un levier essentiel pour l’économie de notre pays et qu’il impacte la vie quotidienne de beaucoup de nos concitoyens »,

visuel_granddebat

Exprimez-vous, proposez, partagez votre expérience en nous écrivant sur :
grand-debat@crma-grandest.fr

L’économie et la proximité au cœur de 5 questions supplémentaires

Bernard Stalter, au nom du réseau des chambres de métiers et de l’artisanat, demande que soit inscrit dans le grand débat national le sujet de l’économie et de l’emploi. Il propose ainsi de compléter les 35 questions et d’interroger les Français sur cinq thèmes :

  • Est-ce que le travail paye ? L’investissement personnel et financier des chefs d’entreprises, travailleurs non-salariés, est-il reconnu à sa juste valeur face au régime général des salariés ?
  • La fiscalité des entreprises: existe-t-il une équité entre les entreprises soumises à l’impôt sur le revenu (plus de 50% des artisans) et celles soumises à l’impôt sur les sociétés ?
  • L’emploi du premier salarié ou d’un salarié supplémentaire: quelles mesures exceptionnelles pour créer un choc de confiance et permettre aux entreprises artisanales sans salarié ou avec un seul salarié de recruter le salarié qui leur manque pour honorer des commandes supplémentaires ?
  • Quelle équité de traitement devant les normes et les réglementations entre artisans, grandes surfaces, donneurs d’ordre industriels, grands groupes ? Le coût lié à la mise en œuvre de ces réglementations et normes pèse-t-il proportionnellement plus sur les entreprises artisanales ?
  • Revaloriser la médecine de proximité en réinterrogeant la pertinence de la Médecine du travail : pour un meilleur suivi tout au long de la vie pourquoi ne pas aller chez son médecin de proximité ?

 

Cahiers d’artisans

Très rapidement, les Chambres de métiers proposeront aux artisans de venir remplir des cahiers de doléances, de participer à des réunions publiques ou de participer directement à la réflexion nationale en donnant leurs idées et réponses aux questions du Grand Débat sur une plateforme en ligne dédiée qui sera rapidement active.

« J’invite, ainsi que tous mes collègues présidents du réseau, les Chambres de métiers et de l’artisanat à ouvrir leurs portes à la consultation du Grand Débat ».

Pour Bernard Stalter, compte tenu de leur rôle de corps intermédiaire, les chambres de métiers et de l’artisanat ont vocation à contribuer activement au grand débat national :

« Nous sommes partenaires des branches professionnelles, des collectivités territoriales, attachés à la négociation, et relais entre les pouvoirs publics et la vie réelle des territoires. Nous portons la voix des artisans, leurs inquiétudes et difficultés mais aussi les solutions que notre secteur peut apporter. Ne nous privons pas de cet apportNous présenterons nos restitutions en mars ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s